06 Grandir

L’empreinte que dessine une entreprise
sur son environnement se mesure autant par son développement économique que par les progrès sociaux qu’elle engendre. Danone a été l’une des premières entreprises à l’affirmer et à le vivre.

L’engagement des salariés au sein du groupe est un marqueur de différence et un avantage concurrentiel pour Danone

Muriel Pénicaud Directrice générale
ressources humaines

Comment concilier
efficacité économique
et performance
sociale ?

En développant des projets d’innovation assez radicaux au sein de Danone et dans les relations que l’entreprise entretient avec son écosystème. Enracinée dans le double projet économique et social et la vision stratégique de la croissance de Danone, la politique de ressources humaines oriente les plans d’actions de l’ensemble des quelque
150 filiales dans le monde, qui les adaptent selon leur contexte.
Zoom sur 6 leviers RH qui nourrissent l’engagement des collaborateurs.

La sécurité

Avec ses 160 usines dans le monde et plus de 400 sites, Danone a fait de la sécurité de ses collaborateurs une priorité. Le groupe a déployé, depuis 2004, une démarche participative, visant à réduire les accidents du travail avec arrêt : le programme Wise.
Les managers de chacun des sites et particulièrement des sites industriels que compte Danone sont invités à bâtir, avec leurs équipes, un plan de formation, de sensibilisation et d’actions adapté à leurs réalités.
Progressivement, ces actions ont intégré l’ensemble des sous-traitants, notamment ceux qui transportent les matières premières ou les produits finis, afin de lutter contre un fléau préoccupant dans certains pays émergents : les accidents de la route.

5

Le nombre d’accidents du travail avec arrêt a été divisé par 5 dans le groupe depuis 2004.

La santé

30 000

En 2011 Dan’Cares a été déployé dans huit pays représentant 30 000 salariés environ. Le programme sera étendu à 12 000 salariés supplémentaires en 2012.

La santé au sein de l’entreprise représente un enjeu majeur pour Danone, dont 60% des salariés vivent dans un pays émergent où le système de prise en charge de la santé est faible, voire inexistant.

Le groupe a lancé, il y a deux ans, le programme Dan’Cares.Objectif : s’assurer que, d’ici à 2013, les plus de 101 000 collaborateurs de Danone bénéficient d’une couverture santé minimale.

DAN’CARES : UNE COUVERTURE SANTÉ
POUR TOUS LES SALARIÉS

Dan'Cares est déployé par Bonafont au Mexique depuis l'été 2011.

Dans un premier temps Danone a procédé à un audit des conditions d’accès à la santé de
56 filiales, réparties dans 15 pays, employant 85% des salariés afin d’établir une cartographie des situations à travers trois critères : la qualité des soins et des équipements médicaux ; leur accessibilité (prise de rendez-vous et délai d’attente, distance géographique) et la part prise en charge par le collaborateur. Depuis 2011, le projet a été déployé dans 8 pays (soit 27 filiales et près de 30 000 collaborateurs) : Arabie saoudite, Brésil, Chine, Espagne, Indonésie,

Mexique, Pologne, Russie.
Le programme sera étendu à 12 000 salariés supplémentaires en 2012. Huit nouveaux pays verront leur système de santé audité : l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Belgique, le Canada, l’Egypte, la Roumanie, l’Italie et la Tchéquie. Ainsi dès 2013, le programme fera que tous les collaborateurs, auront accès, dans de bonnes conditions, à une prise en charge pour les risques majeurs : hospitalisation, chirurgie, maternité, consultations médicales, dépenses pharmaceutiques.

Le dialogue social

Ayant des convictions affirmées sur le plan social et bénéficiant d’une expérience de quarante ans en matière de dialogue social international, Danone s’efforce de proposer à tous ses collaborateurs de bonnes conditions de travail, quel que soit leur pays. L’un des principaux vecteurs pour atteindre cet objectif est la signature d’accords-cadres internationaux avec l’UITA*, fédération syndicale internationale, avec laquelle Danone entretient un dialogue régulier depuis 1985.

* Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA) : fédération regroupant 383 organisations syndicales affiliées dans 120 pays.

9

accords mondiaux, déclinés dans tous les pays où le groupe est implanté, ont été signés. Le dernier en date, conclu le 29 septembre 2011, concerne la sécurité, les conditions de travail, le stress et la santé.

Formation & management

31

heures de formation en moyenne par salarié. 85 600 “Danoners” (contre 83 000 environ en 2010) ont suivi d’une formation en 2011.

15 000

managers et chefs d’équipe ont suivi le cursus du Danone Leadership Collège

Pour donner à tous les salariés occupant des fonctions d’encadrement au sens large – y compris les superviseurs de ligne – les moyens de progresser, une formation au leadership «à la Danone» a été créée en 2009 : le Danone Leadership College.
Depuis, 15 000 managers et chefs d’équipe, issus de 127 filiales réparties dans 51 pays, ont suivi ce cursus animé par 470 formateurs internes. Ils étaient 80% à estimer, dans la Danone People Survey 2011 que cette formation avait amélioré leur façon de travailler.

Engagement

L’édition 2011 de la Danone People Survey confirme le taux d’engagement exceptionnel des collaborateurs de 85%, identique à l’édition 2009, porté par trois leviers principaux : le leadership ; l’autonomie et la responsabilisation des salariés ; la culture et les valeurs du groupe. Associés au développement du groupe et aux projets solidaires, les collaborateurs des quelque 150 filiales sont au cœur de la politique de responsabilité sociale menée par Danone, soit à travers ses propres programmes (sécurité, formation, management…), soit par le biais des projets d’innovation sociétale que les filiales organisent sur le terrain, avec le Fonds Danone pour l’Ecosystème créé en 2009.

85

Le taux d’engagement (85%) maintient son niveau très élevé de 2009 : 86% des salariés adhèrent au «modèle Danone», à sa culture et à ses valeurs ; 93% sont fiers d’y travailler.

Création de valeur

34

projets initiés par 27 filiales de Danone sont menés par le Fonds Ecosystème dans 17 pays (fin déc. 2011).

Le Fonds Danone pour l’Ecosystème a été créé en 2009 largement inspiré de la conviction de Franck Riboud selon laquelle une entreprise ne peut se développer dans un désert. Mais qu’elle a besoin, pour grandir, de fournisseurs, de distributeurs dans les territoires où elle est implantée, de tout un environnement qui soit sain et s’épanouisse. En trois ans, le programme a validé et financé 34 projets, tous présentés à l’initiative des filiales. Avec pour objectif de créer de la valeur économique et sociale, en particulier par l’emploi direct et indirect, le Fonds s’engage auprès d’ONG locales dans cinq grands domaines : l’approvisionnement en matières premières, le recyclage, la distribution, les services de soins, le développement des territoires. L’occasion pour les équipes de consolider leur activité localement et leur engagement tout en testant de nouveaux modèles de développement.