Entretien avec Franck Riboud

Président-directeur général de Danone

  • Le bilan
  • Les forces de notre modèle
  • Les pays émergents
  • Le Virage
  • Les pays matures
  • L'analyse marché
  • L'innovation
  • Perspectives 2012
  • Environnement
  • Objectifs
FRANCK RIBOUD, Président-directeur général de Danone, revient sur le bilan de 2011 et ses principaux enseignements. Une année marquée par le poids des pays émergents, qui ont réalisé plus de la moitié du chiffre d’affaires et contribué à hauteur de plus de 80% à la croissance du groupe.

10 mots clés commentés par Franck Riboud (extrait de la vidéo, Avril 2012)

01 LE BILAN 2011

« Le bilan de l’année 2011 pour Danone est un bon bilan parce que les résultats en termes de croissance et d’objectifs ont été atteints. C’est très important parce que c’est ça qui crée cette relation de confiance entre l’actionnaire, les salariés, les stakeholders… et Danone. »

02 LE MODÈLE DANONE

« Notre modèle est fondé sur la qualité des hommes et celle de nos géographies qui évoluent, la force des marques et, en même temps, notre mission, qui reste toujours la même : « apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre ».

03 LES PAYS ÉMERGENTS

« Aujourd’hui, on se félicite de réaliser 51% du chiffre d’affaires dans les pays émergents, mais c’est vraiment le résultat d’une stratégie qui a été décidée, mise en place et exécutée ces dix ou quinze dernières années. »

04 LES NOUVELLES GÉOGRAPHIES

« Si les pays émergents représentent plus de 50% de notre chiffre d’affaires, Danone est cependant au début de l’aventure. C’est le début d’une histoire ; le même modèle Danone s’applique juste à un nouveau périmètre, à des pays qui connaissent une très forte croissance, et où nous avons un marché à construire et à développer. Et nos pays historiques en Europe sont en croissance de 2,4% en 2011. C’est aussi important car cela veut dire que nous avons trouvé des solutions pour les pays matures malgré la conjoncture. »

05 LA CONJONCTURE

« Notre exposition aux pays émergents nous aide à avoir de bons résultats dans une période tendue et qui ne concerne que certaines zones géographiques. Quand vous allez en Chine, en Pologne, au Brésil ou en Argentine – demain en Inde, peut-être après-demain au Vietnam et le surlendemain en Afrique –, la période n’est pas tendue, elle est positive. Danone bénéficie de ces contextes économiques, mais aussi de l’état d’esprit des consommateurs, qui n’a rien à voir avec ce que l’on peut connaître dans des pays en plus grande difficulté. »

06 L’INNOVATION

« L’innovation reste au cœur de la stratégie de Danone, et elle est segmentée. Il y a l’innovation de rupture, celle qui fait rêver tout le monde, qu’il faut perpétuellement inventer ; il y a l’innovation qui consiste à déployer dans des pays où elles n’étaient pas présentes des choses existant ailleurs depuis longtemps ; et puis, en dehors des innovations produits, il y a les innovations en termes de process industriels, de logistique, de mind-set, de communication… toutes ces nouvelles donnes sur lesquelles Danone travaille depuis des années. »

07 LES PERSPECTIVES 2012

« Nous continuerons à nous focaliser sur les pays émergents, dont les réservoirs de croissance sont importants, en gardant les pays matures positifs le plus longtemps possible. Ensuite, il y a un aspect plus managérial : nous devons continuer à donner du sens à tous les salariés et toutes les personnes physiques qui travaillent au sein du groupe Danone, mais aussi à ceux qui sont liés à l’activité de Danone, pour créer nous-mêmes un écosystème qui fonctionne, qui a confiance dans son avenir. »

08 L’IMPACT SOCIAL ET ÉCONOMIQUE

« Quand on crée Dan’Cares, que l’on assure une protection sociale minimum à tous nos employés, l’impact social est fort, surtout dans les pays émergents. Mais l’impact économique est tout aussi fort, puisqu’on réduit l’absentéisme, le turnover, on augmente la loyauté envers l’entreprise. Et quand on forme les personnes, on leur permet de grandir dans et avec l’entreprise. »

09 L’EMPREINTE CARBONE

« A fin 2011, on dépasse déjà les 27% de réduction de notre empreinte carbone. Je pense que notre objectif de - 30% sera atteint. La difficulté va être de se fixer de nouveaux objectifs. »

10 PRINCIPAUX OBJECTIFS

« Dans tous les domaines, on est au début d’une aventure. L’objectif que nous nous sommes fixé, avec le Comité exécutif de Danone, c’est de redonner de la perspective pour les cinq à six ans à venir, des nouvelles géographies, des nouveaux produits, des nouvelles organisations… Vraiment redonner du sens, à long terme, à tous les Danoners, donc à tous nos actionnaires. »